Les voyageurs de l'entre-monde

La malédiction Dalish - Partie 2
14-15 Parvulis (Septembre) 9:29

Le combat fut rude, mais les héros furent victorieux. Le reste de la nuit fut passer à se reposer, panser les blessures, méditer, et se préparer au voyage du lendemain, le départ étant prévu à l'aube.

Pendant ce temps à Lothering, Elawen qui avait fini depuis quelques temps ses affaires en ville, vit arriver la troupe de mercenaire qui s'était séparé du reste du groupe. Elawen reconnu à l'auberge Le Refuge de Dane certains membres de la troupe croisé lors de leur service au Arl Neruda. Après quelques verres, et quelques anecdotes partagé, Elawen pris des nouvelles de ses anciens compagnons et de leur voyage vers la vallée de Ruswold.
Sten était accompagné par Grogar, un nain, un barbare Chasind prénommé Smogull et surtout Méanti, un mage du Cercle qu'elle connaissait bien pour avoir fait ses études en même temps au cercle des mages de Ferelden.

Elle décida alors de retrouver la petite bande et piqua à travers champs et collines vers Vintiver pour suivre ensuite la crête jusqu'à la vallée de Ruswold. Mais arrivée à Vintiver Elawen apprit toute l'histoire en cours qui bouleversait le patelin. Elle suivi la piste encore chaude et arriva au campement Dalish à peine une heure avant l'aube.

C'est donc un groupe composé des deux mages elfe, du Qunari, du Chasind et du nain, qui suivit Eshara vers les anciennes ruines elfe dont elle s'était échappée.
Après une matinée de marche dans la forêt dense, ils débouchèrent sur une gorge où un cours d'eau filait trente mètres en contrebas. Le ravin pouvait se franchir grâce à un énorme chêne tombé entre les deux bords écartés d'une vingtaine de mètres.

Periouls_bridge.jpg

Tandis que la plupart des compagnons discutaient sur le meilleur moyen de traverser en prenant le moins de risque possible, Méanti commença la traversé en équilibre. Le tronc assez large, n'était pas difficile à emprunter, mais la mousse qui recouvrait une grande partie de sa surface pouvait être très glissante.
Soudainement la canopée des arbres bruissa sous l'envolée de huit gros corbeaux sanguinaires.

Sten et Elawen avaient déjà rencontré ces créatures et savaient qu'elles étaient capables de boire le sang de leur victime. Les huit corbeaux fondirent sur Méanti qui failli tomber à la renverse et garda miraculeusement son équilibre malgré la violence de cette première attaque.
Heureusement Grogar été resté sur le qui-vive et cloua net l'un des oiseaux avec un carreau de son imposante arbalète. Après un combat fastidieux où tous les compagnons subirent les attaques de harcèlement des corbeaux, une bonne partie fut éliminé et le reste pris la fuite vers d'autres cieux.

Pages-de-Dragon-Age---Core-Rulebook.jpg

Eshara continuait de guider le petit groupe en essayant de bien se rappeler son parcours lors de sa course effrénée. Ils s'enfonçaient de plus en plus dans la mystérieuse forêt de Breciliane. Eshara parlait d'une ancienne forteresse elfique; Elarwen imaginait déjà de fabuleux artefact des temps oubliés, et Méanti de puissantes arcanes à déchiffrer.
L'après-midi était déjà bien entamé quand ils débouchèrent dans une étroite vallée luxuriante de hauts arbres. Le groupe hétéroclite d'aventuriers commençait à fatiguer. En effet, la progression dans la forêt de Breciliane n'était pas chose aisée. L'absence de piste claire, les racines traitresses où les pieds ne cessaient de buter, des fougères et des lierres qui s'enchevêtraient autour des jambes, leurs avaient mené la vie dure.

Enfin la masse végétale laissa place à un dégagement où les vestiges d'une forteresse qui autrefois devait siéger ici. Il ne restait pas grands choses. Des fondations de bâtiments ici et là, des pans de murs effondrés, des arches brisées et la coupole d'entrée d'une ancienne habitation. Le tout était recouvert par la nature chaotique qui avait repris ses droits. Le seul bâtiment qui semblait encore debout était fermé par une lourde porte de bronze dont la corrosion avait laissé une teinte vert-de-gris.

Brecilian_Dalish_ruins.jpg

Les aventuriers reprirent un peu leur souffle à l'écart. Préparant leurs armes, resserrant les liens de leurs armures et boucliers, buvant un peu d'eau fraiche pour être le mieux possible disposé au combat. Méanti médita un moment pour ressentir les flux magiques que l'Immatériel laissait s'échapper et qui parcouraient le monde, totalement invisible pour le néophyte.

Enfin Sten tira les battants de bronze et la porte s'ouvrit dans un lourd et lent raclement contre la pierre de la stèle qui avait dû bouger légèrement avec les années. Une volée de marches descendait dans les ténèbres. Méanti s'engouffra le premier, suivit de Sten et Grogar. Arrivée en bas des marches, il n'eut pas le temps de réagir qu'un squelette sur le sol poussiéreux se releva, comme animé d'une conscience et tenta de transpercer le mage avec une lance courte.
Deux autres corps squelettique se relevèrent également quand le nain et le qunari arrivèrent en bas.
Le combat fut cependant de courte durée et les squelettes retombèrent dans la poussière qu'ils n'auraient jamais dû quitter.

Les aventuriers entendirent des voix au loin, étouffées, en elfique et en humain. C'était pour sur des appels à l'aide…

L'exploration du complexe fut assez rapide. Méanti déclencha un piège particulièrement vicieux qui fit s'abattre sur son crane un bon paquet de caillasses, de pointes de métal et de lames tranchantes. Derrière la porte ils trouvèrent des pièces vides remplient de vieux meubles en voie de décomposition, un bloc de cellule où était enfermé une trentaine d'elfes Dalish; et une salle où un cercle arcanique était peint sur le sol.

The_Lost_Keep.jpg

Les Elfes Dalish survivants étaient principalement des femmes, des enfants, des personnes âgés et certains guerriers du clan Adahlen qui avaient réussi à résister à la transformation en engeance de Mythallen. Ils étaient sales, fatigués, affamés, assoifés. Les enfants gémissaient dans les bras de leurs mères impuissantes. Le groupe partagea ses provisions avec les prisonniers.

Parmi eux, le Gardien du Savoir Orellis, accueilli chaleureusement leurs sauveurs en voyant Eshara qu'il serra fort dans ses bras amaigris et à la peau parcheminée par les années.

Orellis était un elfe à l’âge vénérable, qui leur expliqua que Mythallen avait été Harralan et qu'il était partie il y a quelques heures pour Vintiver avec ses engeances pour faire s'abattre sa terrible vengeance.
Le Gardien du savoir leur dit tout ce qu'il savait sur ce qui avait bien pu se passer, et les deux mages et le nain experts en runes étudièrent le cercle magique de la dernière salle qui semblait être un cercle de protection et de rétention pour créature d'outre-plan. Eshara, sortie un torque de son sac, expliquant qu'elle avait trouvé ça posé sur un des piliers irradiant de magie, et qu'elle s'en était saisie lors de sa fuite. Le torque était sans conteste enchanté, mais aucuns des arcanistes ne put déterminer exactement à quoi ils avaient à faire.

Il était clair que les Dalish, mal en point les ralentiraient, si les héros retournaient aussi vite que possible à Vintiver. Smogull se proposa pour les aider et les escorter jusqu'en ville pendant que les autres courraient à la rescousse du village.

Lirresh, un chasseur visiblement assez costaud pour résister au processus de transformation subit par ses frères, connaissait bien cette partie de la forêt et savait comment regagner le temps perdu. Il y avait un chemin plus rapide qui passait par les profondeurs de la forêt de Breciliane. C'était dangereux mais ils n'avaient pas vraiment le choix.

Lirresh guida le groupe jusqu'au ravin et son tronc. Les corbeaux sanguinaires survivants n'étaient pas revenu. Ils passèrent sans problème et c'est après que le chasseur Dalish bifurqua sur la gauche pour s'enfoncer dans une partie de la forêt plus sombre et encore plus intriquée.
Il fallait parfois se tailler un chemin à la hachette et à l'épée mais bientôt, Elawen trébucha sur une racine et se projeta sur le bord du chemin pour se retrouver engluée dans une toile d'araignée épaisse et poisseuse.
Ils venaient de réveiller l'occupante des lieux qui descendit de son arbre pour venir dévorer sa proie.

ob_a7cdb7_giant-spider.jpg

L'araignée géante était monstrueuse et visiblement corrompue par l'immatériel. Le groupe se focalisa sur la créature pour l'empêcher d'avaler la jeune magicienne qui tentait désespérément de se libérer de la toile. Alors que les efforts vains d'Elawen pour se dégager la promettait à une fin rapide en tant que diner, un phénomène étrange se produisit. Sten qui avait récupéré le torque d'Eshara, vit un éclai d'argent bleuté sortir de l'objet pour frapper la lame de son épée batarde. La lame fut parcourue pendant un instant fugace d'éclairs crépitants et sembla blesser fortement l'araignée lorsqu'elle fut touchée.
La créature compris rapidement que ce combat été perdu d'avance pour elle et qu'elle devrait faire une croix sur la chair tendre et parfumée d'Elawen. Elle s'enfuit donc rapidement dans les arbres couverts de ses toiles.

Le reste du voyage jusqu'à Vintiver fut toujours aussi pénible car il fallait aller vite et la fatigue commençait à se faire ressentir. Néanmoins, il n'y eu plus de mauvaise rencontre et c'est au crépuscule naissant que les héros arrivèrent au village.

Ce dernier était en proie aux flammes, au chaos et à la désolation. Ici un groupe de villageois défendait coûte que coûte leur maison contre une vague d’engeances; là des femmes courraient en hurlant, leurs enfants dans les bras, pour fuir le combat. Coalan défendait avec une poignée de valeureux l'auberge où s'était réfugié un grand nombre d'habitants. Soeur Arda, dans son église tentait de soigner au mieux les blessés, défendue par Tarl Dale et quelques hommes armés de hachettes et de couteaux. Enfin Mythallen, au centre de Vintiver, entouré de ses sbires fauchaient comme les blés, les malheureux qui avaient été surpris par l'attaque.

BatallaVintiver.jpg

Le groupe bondit alors dans la mêlée.
Sur la place centrale de Vintiver, les revenchards et Mythallen chargèrent la petite bande d'aventurier. Le combat fut épique, les guerriers tombant tour à tour sous les coups, que seule la magie réparatrice de Méanti et Elawen permirent de survivre et continuer le combat. Car le démon projetait de longues ondes de feu destructeur autour de lui, et malgré les coups la créature et ses engeances restaient debout comme insensible à la douleur. Finalement, un par un les engeances tombèrent sous les carreaux de Grogar, les flèches de Lirresh, les coups d'épée de Sten et les projectiles magiques des elfes.

Mais Mythallen était toujours debout, son flanc ouvert laissait échapper un sang noir et épais. Les héros étaient à l'agonie, les mages avaient épuisé leurs ressources magiques, Grogar et Sten étaient tombés puis relevé à grande force de magie et de cataplasmes. Il était certain qu'ils ne pourraient pas tenir beaucoup plus longtemps. Et malheureusement, il n'y avait pas de renfort à espérer. 

Finalement, le nain enclencha un ultime carreau dans son arbalète lourde, remonta le mécanisme, puis retenant son souffle, visa le démon avant d'appuyer sur la gâchette. Le temps fut comme suspendu un instant, alors que le carreau s'était figé au milieu du front de Mythallen. Il y avait comme une incrédulité au fond de ses yeux injectés de sang par la rage, alors que l'abomination s'écroula sans vie.

Comme un coup de tonnerre, un cri de douleur et de défaite sembla monter simultanément des revenchards. Elles tombèrent toutes en cascade, comme une vague qui monte sur la plage. Puis, des formes fantomatiques, émergèrent de leurs bouches, tourbillonnant comme une brume étincelante dans la nuit. Les esprits se rassemblèrent en un nuage verdoyant au-dessus des têtes, remuant comme une tempête, puis une puissante lumière impie éclata de Mythallen pour frapper le ciel. Un cri d'écho résonna, dispersant le nuage d'esprits dans un coup de tonnerre et puis s'éteint, laissant une obscurité soudaine et un silence étrange sur la place du village devenu un champ de bataille.

Les corps des engeances et de Mythallen étaient redevenu ceux des elfes du clan Adahlen, certains morts ou blessés, mais d'autres simplement étourdis, essayant de donner un sens à leur environnement. Dans la crasse et à vos pieds se trouve, non pas la forme de l'abomination de la rage, mais celle d'un chasseur elfe, mort du même coup qui a tué Mythallen. Le démon de la rage est parti, et la menace des engeances avec elle.

Les habitants de Vintiver furent bien entendu plus que reconnaissant envers leurs sauveurs. Ils leur promirent le gite et le couvert gratuitement quand ils viendront à Vintiver dans le futur, une somme à dépenser pour s'équiper et même Coalan leur proposa de réparer leur armes et armures qui auraient été endommagé par leur aventure. Enfin les elfes Dalish arrivèrent avec Smogull et Orillis les fit membres adoptifs du clan Adahlen, leur offrant un collier désignant son porteur comme vhenallin, "Amis du Peuple". Ils seront toujours la bienvenue au sein de la caravane du clan pour s'y reposer et partager leurs histoires.

View
La malédiction Dalish - Partie 1
02-13 Parvulis (Septembre) 9:29

Elawen et Titus avaient décidé de rejoindre Lothering, tandis que Sten et une quinzaine de mercenaires décidèrent de partir pour la vallée de Ruswold où le Bann Trumhall embauche de nombreux mercenaires pour lutter contre des attaques de brigands. La rumeur que la paye fut généreuse avait suffi pour mobiliser tout ce petit monde. Parmi les mercenaires et les voyageurs de passages en quête de richesse, et d’aventures, il y avait Smogull un éclaireur Chasind fugitif, Méanti Yurlathùin un elfe mage du Cercle, et Grogar un nain arbalètrier.

Il fallait quinze jours de marche pour rejoindre le Bannorn de Trumhall, au sud-est de South Reach, à la lisière de la forêt de Breciliane.
Après une semaine de marche dans les marécages et les champs sans mauvaises rencontres, surement dû au nombre imposant de la troupe armé qui devait effrayer les ennemis potentiels, la bande atteignit Ostagar.
Il n’y avait pas grand-chose à voir. La forteresse n’était plus que ruine, et seule la tour d’Ishal se dressait encore et abritait une petite garnison de soldats qui s’ennuyaient ferme.

Un schisme apparu dans la troupe de mercenaire. Fallait-il prendre la piste dans les collines, plus rapide mais bien plus dangereuse ou remonter vers Lothering par la Voie Imperiale et rejoindre South Reach, ce qui faisait perdre du temps mais sans dangers car patrouillée par les hommes du Roi.

Smogull, Sten, Méanti et Grogar avaient choisi les collines, et les quelques hésitants qui pensaient prendre le risque changèrent rapidement d’avis pour rester avec le gros de la troupe. Voyager avec un Qunari, et un magicien n’était pas vraiment rassurant ni recommandé ; ajoutez à cela un nain et un Chasind, cela avait anéantie toutes velléités. Ainsi se forma le groupe de héros mercenaires, qui laisseraient leurs compagnons de route sans une certaine appréhension pour la suite de leur voyage.

Sur la route, les héros visitent un village appelé Vintiver, à la frontière entre Ferelden et la forêt de Breciliane. Juste avant d’atteindre le village, ils traversent la ferme de la famille Fuldor et très vite, ils se rendent compte que quelque chose ne va pas. La moisson est faite et des corbeaux se repaissent sur le corps d’un homme étalé dans un champs. Lorsqu’ils se rapprochent du cadavre, ils voient un corps lacéré profondément par des griffes.
C’est alors qu’une meute de loups corrompus fond sur eux. Le combat fut rapide et les coupables du massacre tout trouvé. Mais Grogar doutait, vu la taille des blessures que ce soit les loups qui avaient causé cela.

Fuldorfarm.jpg

La suite de la visite de la ferme montra toute une famille, parents, enfants et bébé compris massacrés baignant dans une mare de sang. Sur le mur principal du corps de ferme, était écrit en elfique « Mythal » que Méanti désigna comme la divinité de la Vengeance de sa race.
Le grenier plein de grain de la moisson de Ryot, les vaches, la basse-cour, et le vieux canasson qui servait au travail des champs étaient intouchés. Smogull trouva caché dans les foins fraichement coupés une elfe Dalish blessée et épuisée nommé Eshara. Eshara tenta de s’enfuir ayant peur pour sa vie, mais Smogull la saisi par le col et la ramena jusqu’à ses compagnons. Méanti, visiblement sensible aux charmes de la belle elfe, soigna magiquement ses blessures. Une fois remise sur pied, l’interrogatoire commença, et ils finirent par avoir une histoire bien étrange.

Notre groupe a visité Vintiver il y a deux semaines, au cours de leur fête de la moisson. Nous avons été bien accueillis, alors, mais il y a eu quelques problèmes ; quelques habitants avaient trop bu, et il y a eu une confrontation avec certains de nos jeunes hommes. Des mots durs ont été échangés, et Harralan, un de nos chasseurs, a attaqué le grand forgeron. Le gardien du village les a séparés avant que cela n’en vienne aux mains, mais le mal était fait. Nous n’étions plus le bienvenu et nous sommes parti dès le festival terminé.

Harralan était en colère suite au traitement que notre peuple a subi, mais nos aînés l’ont assigné au poste d’eclaireur tandis que nous avancions dans la forêt de Breciliane, pour lui donner le temps de se calmer. Il a été le premier à disparaître. Une nuit il n'est tout simplement pas revenu de sa reconnaissance.

Puis les autres éclaireurs et chasseurs ont commencé à disparaître, tout comme ceux envoyés à leur recherche. Les anciens ont décidé que nous devrions revenir en arrière, mais il était trop tard. Trois jours après la disparition d’Harralan, avant que nous puissions atteindre le bord de la forêt, ils ont attaqué notre camp. Des engeances émergeant des arbres dans le milieu de la nuit. Mon peuple a été capturé. Ceux qui ont combattu ont été battus ou tués. J'ai également été capturé, et amené à une ruine antique au fond d’une vallée, dans la forêt profonde, hors des sentiers. Le maître des engeances est une abomination. Il se fait appeler Mythallen, qui dans notre langue signifie enfant de la vengeance. J'ai été amené devant lui, puis dans ses appartements. Je suis parvenu à m’échapper, en prenant le lien d’argent brisé que j’ai trouvé sur un autel.

Les engeances m'ont poursuivi, accompagné par une meute de bêtes aboyant. J'ai été blessé, mais j’ai réussi à les éviter, en me cachant parmi les arbres et les ravins dans la forêt pendant plus d'un jour, toujours en mouvement, sans jamais me reposer. Je suis tombé sur la ferme où vous m’avez trouvé et réussi à me cacher dans les foins. J'ai entendu certains des agriculteurs venir…

Les Engeances doivent avoir attaqué. Je me souviens des cris terribles… Puis le silence jusqu'à ce que vous m’ayez trouvé. S'il vous plaît… Vous devez aider mon peuple! Mythallen et ses créatures doivent être arrêtés !

Arrivée au village de Vintiver, l’accueil de la population est franchement hostile à la vue d’Eshara.
Vintiver est tombé en proie à une série d'attaques mystérieuses, depuis le départ des elfes, d'abord sur le bétail et maintenant sur les gens. Ils blâment les elfes, affirmant que les « oreilles de couteau » (comme on les appelle) ont placé une malédiction sur le village. Alors que le groupe avance vers l’auberge, les quatre mercenaires voient un groupe d’homme se former et s’avancer, mené par un colosse qui, vu son accoutrement, doit être le forgeron.

Le dialogue s’engage avec Coalan qui est plus que vindicatif et demande au groupe de partir et surtout d'emmener l’elfe Dalish avec eux. Sten essaie de lui tirer les vers du nez, et l’histoire corrobore celle d’Eshara, du point de vue du forgeron. Mais alors que le ton de la discussion commence à monter et les esprits s’échauffer, Sten à l’autorité intimidante calma les ardeurs et le groupe de villageois se dispersa, laissant un Coalan seul et fulminant.

Après une nuit passée à l’Auberge de la Tonnelle, qui est une petite auberge dont le but principal est de pourvoir aux besoins des marchands itinérants et des rares visiteurs, et de fournir aux locaux une salle commune.  Haran et Kesla Mullin et leurs enfants Finella (16), Dagmar (14), Amina (12), font tourner la petite auberge. Après une nuit tranquille dans les chambres de l’étage en évitant la salle commune, le groupe décida de poursuivre la piste d’Eshara dans la forêt.

Après une bonne journée de marche assez difficile car la forêt était dense et la piste étroite, a se demander comment les wagons de la caravane Dalish parvenaient à passer. Ils atteignirent un petit dégagement où était posté le campement Dalish. Mais là encore, les chariots et wagons présentaient les séquelles d’un combat. Les traces de sang, les chariots renversés, le feu aux braises quasi éteintes, et surtout l’absence de tout elfe, n’étaient pas très rassurant.
Les tours de garde s’organisèrent et il était temps de prendre un peu de repos. Les quelques vivres qu’ils avaient avec eux furent partagés et Méanti et Eshara occupèrent des wagons encore intacts pour passer la nuit.
Il ne fallu pas attendre très longtemps pour que les bruits nocturnes de la forêt soient remplacés par des rires lugubres et étranges. Ces ricanements glaçèrent le sang de Sten et Smogull, et les yeux rouges s’ouvrirent dans l’obscurité, tout autour du camp.

Revenant.jpg

Les revenchards chargèrent et le combat fut intense, Grogar cherchant refuge dans le wagon de Méanti, tandis que Sten et Smogull occupaient le terrain…

View
La rage d'ambre
28-31 Matrinalis (Août) 9:29

Le Arl Neruda avait fait une demande auprès du Cercle des mages de Ferelden…

View
La rançon du Arl
24-27 Matrinalis (Août) 9:29

Durant cette aventure, le Arl Voychek Neruda attend le retour de ses enfants, de leur longue visite familiale de Denerim, à la forteresse Stenhold. Malheureusement le Arling est submergé par les engeances et le Arl a besoin de tous ses soldats disponibles pour filer au sud arrêter l'incursion.

Ainsi, plutôt que d'envoyer sa garde personnelle pour accompagner son majordome, Alenka, rencontrer les enfants au lieu de rendez-vous, le Arl décide de recruter une poignée de mercenaires pour ce travail…

Le Arl Voychek Neruda est un homme au tempérament colérique, impérieux comme pour compenser sa petite taille. En tant que Arl du Roi, Neruda endosse le poids des responsabilités sur ses épaules, et la recrudescence d'Engeance dans les Terres Sauvages décuplait son anxiété tandis que la forteresse de Stenhold était encore à moitié en ruines.

Titus Helvius Basila un marchand de passage, Elawen Derendil une elfe mage du Cercle, et Sten le Qunari, venu tous deux à la frontière des Terres sauvages Korcari mesurer la menace des engeances; avaient aussi besoin de regarnir leur bourse, que de se trouver dans les bonnes grâces du Arl. C'est ainsi que les trois volontaires prirent la route accompagnés d'Alenka, également mage du Cercle et détachée au service du Arl.

50 pièces d'argent par personne c'était la paye d'un mois pour un soldat, et ça ne se refusait pas pour une simple mission d'escorte. Dame Macia, bien plus posée et diplomate que son mari, offrit un souverain d'or au petit groupe pour les remercier de se porter volontaire alors que la campagne environnante était très dangereuse en ce moment.

En effet, il ne fut pas longtemps pour que le groupe repère un rassemblement de Genlocks alors qu'il s'apprêtait à faire une pause pour se reposer et grignoter au milieu des champs de Ryott dorés.

Une faille dans le sol, où un court d'eau ruisselait lentement, barrait le passage mettant fin à la piste qu'ils suivaient. Les Genlocks, tapis à la lisière de la forêt chargèrent, mais Sten, Titus et Elawen, aidé par la magie d'Alenka terrassèrent les assaillants.

Il était temps de se poser pour panser les blessures, manger et masser les pieds qui avaient marchées toute la journée. Alenka en profita pour se rapprocher d'Elawen pour faire jouer la fibre fraternelle des mages du Cercle.

Expliquant le caractère du Arl, prompt à la colère, à la punition de ses serviteurs et ses esclaves elfes; elles méritaient un peu mieux pour les dangers affrontés et ceux à venir. Mais Elawen, n'était pas vraiment réceptive alors Alenka mit rapidement fin à leur aparté et changea d'interlocuteur.

Elle choisit, le plus vénal, le Qunari étant trop rigide, Titus. Elle lui proposa de faire croire à un kidnapping des enfants au Arl et de réclamer une rançon de 50 souverains d'or au lieu de pièces d'argent.
Les enfants seront sous la garde de Ser Blacker et il est perclus de dettes qu'il sera heureux d'éponger, donc il sera facile de le convaincre.
Les enfants seront bien sûr hors de danger, et il suffira de faire croire au Arl qu'ils ont bien donné la rançon aux ravisseurs et de ramener les enfants.

Titus, acquiesça à Alenka, qui fut heureuse de saisir sa chance de quitter enfin le service de Neruda…
Juste avant le crépuscule le campement fut attaqué par une chouette corrompue croyant faire un repas facile de ces voyageurs égarés, mais elle ne fut pas de taille et tomba rapidement sous les coups.

Le lendemain, ils arrivèrent au point de rendez-vous tandis que le soleil se couchait. Le feu de camp était presque éteint, la carriole qui devait transporter Ser Blaker et les enfants gisait sur le côté, une roue avait quitter l'essieu.
Des traces quittaient le campement pour s'éloigner vers le promontoire, et un cri perçant déchira la nuit tombante.

Se ruant dans la direction du cri, le groupe émergea d'un bosquet pour voir à mi-distance du haut de la colline, séparé par une gorge, un groupe de genlocks, mené par un couple de hurlock et des loups corrompus par l'Immatériel.
Les assaillants fondaient sur Ser Blaker Corbin accompagné par Ser Bridget et les deux enfants Neruda, Hana et Joseph.

Le combat fut rude, mais les engeances furent détruites et les enfants, Ser Blaker et Ser Bridget sauvés. Hana Neruda se révélant même être douée de magie et non déclarée au Cercle.

Sur le chemin du retour, Titus, décida de raconter le plan d'Alenka à Sten et Elawen. Mais faute d'un commun accord, il fut décidé de rendre les enfants sans autre forme de procès. Les trois compères décidèrent d'assommer dans leur sommeil Alenka et Ser Blaker visiblement de mêche. Et c'est ligotés qu'ils firent tous ensemble le chemin du retour.
Arrivés à la forteresse, les mercenaires furent payés, aux accusations portées par Titus envers Alenka auprès du Arl, la mage nia tout en bloc, prétextant une manœuvre de ces mercenaires pour grappiller une rallonge à leur paiement avec leurs inventions fantaisistes.

Le Arl qui avait d'autres chats a fouetter, balaya tout cela d'un revers de la main, et Alenka garderait sûrement un rancune tenace envers Sten, Titus et Elawen.
Et il n'est jamais bon d'avoir des problèmes avec un mage du Cercle…

 

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.