La religion de Thedas

Le Créateur est l'entité adorée par la Chantrie humaine. Il est tout puissant et a crée toutes choses, mais il s'est détouné des Hommes. La Chantrie estime que c'est la faute de ses créations. Il répondra de nouveau à leurs prières lorsqu'il les en jugera dignes.  

Le premier monde que le Créateur créa fut l'Immatériel et ses premiers enfants furent les esprits. Il se détourna pourtant d'eux car ces derniers étaient dénués d'âme et n'avaient aucune imagination, leur monde ne changeait pas. Alors le Créateur créa un second monde où il plaça ses seconds enfants, qui possedaient l'étincelle divine, capables d'imaginer, d'inventer et de créer. Séparant ses deux mondes par un voile.  

Mais alors le premier pêché a été commis, des êtres malfaisants, les Anciens dieux, murmurèrent à l'oreille des hommes qui se détournèrent de leur Créateur. Ce dernier enferma alors les Anciens dieux sous terre, et se détourna des Hommes, quittant son trône. Les mages de l'Empire tévintide dans leur arrogance trouvèrent un moyen de pénétrer dans la Cité d'Or, la cité du Créateur dans l'Immatériel, car les Anciens dieux leur avaient enseignés la magie du sang. Mais ils ne firent que la souiller de leurs vices et furent précipités sur terre par le Créateur qui les transforma en engeances. 

Plus tard Andrasté, la prophétesse, parvint à convaincre le Créateur de pardonner à ses enfants, mais celle-ci fut trahie par son mari, et le Créateur se détourna à nouveau des hommes. Il est dit qu'il recueilla Andrasté auprés de lui et en fit sa femme.

La Chantrie enseigne qu'un jour, lorsque le cantique de la lumière sera célébré partout, le Créateur reviendra transformant le monde en un paradis. Cependant seuls ceux qui suivent les enseignements d'Andrasté y auront le droit, les autres devront errer dans l'immatériel. 

C'est l'une des raisons évoquées pour justifier les Marches Exaltés contre les elfes dalatiens qui refusèrent de reconnaitre et d'adorer le Créateur. 

Bien que beaucoup croient en le Créateur, de nombreuses personnes ne partagent pas ce culte : certains humains, les elfes dalatiens, les nains et les qunaris en sont un exemple, chacun possédant leur propre croyance. 

 

La Chantrie d'Andrasté

La Chantrie est l'organisation religieuse dominante dans Thedas. Elle est basée sur le Cantique de la Lumière , une série d'enseignements écrits par Andrasté, la prophètesse du Créateur, et a été fondée par Kordilius Drakon , le premier empereur d'Orlais.

Ses adeptes sont connus comme Andrastians. "Chantriste» est aussi un adjectif acceptable pour se référer à quelque chose ou quelqu'un qui est de la religion de la Chantrie. L'objectif de la Chantrie est de répandre le Cantique de la Lumière aux quatre coins du monde, qui inclut les non-humains aussi. La vue de la Chantrie sur les non-humains, c'est qu'ils doivent les sauver, ils se sont détournés encore plus loin de la grâce du Créateur que l'humanité.
Les elfes étaient, et dans certains cas sont encore, païens et les nains vénérent la pierre. Une fois que tous les peuples ont accepté le Cantique et pratiquent ses enseignements, le soi-disant Créateur sera de retour dans le monde et le fera revenir à son état glorieux passé.

Le calendrier de la Chantrie est utilisé partout dans Thedas, sauf dans l'Empire, et est la source des noms des Ages. Les rites funéraires de la Chantrie impliquent la crémation. Comme le corps d'Andrasté a été brûlé, et son esprit s'est élevé sur le trône au côté du Créateur, ce sera aussi celle de ses disciples. Il peut aussi être utilisé pour conjurer la possibilité que le cadavre puisse faire l'objet d' une possession démoniaque.

La Fondation de la Chantrie : Kordillus Drakan, roi de la cité-Etat d'Orlaïs, était un homme à l'ambition peu commune. En l'an -15 des anciens, le jeune souverain entama la construction d'un grand temple dédié au Créateur et jura qu'à son achèvement, il aurait non seulement uni les cités-Etats rivales du sud, mais aussi propagé le culte andrastien partout ici-bas.
En -3 des anciens, le temple était terminé. En son sanctuaire, Drakan s'agenouilla devant la flamme éternelle d'Andrasté et fut couronné souverain de l'Empire orlésien. Son premier acte en tant qu'empereur fut de déclarer la Chantrie religion andrastienne impériale. Il fallut trois ans et plusieurs centaines de votes avant qu'Olessa de Montsimmard ne fût nommée à la tête de la Chantrie. Lors de son sacre au titre de Divine, elle prit le nom de Justinia, en l'honneur de la disciple qui avait recueilli les chants d'Andrasté. Le monde entrait alors de plain-pied dans l'Ere des Divines. Tiré de Férelden : folklore et Histoire de soeur Pétrine, érudite chantriste. Quand Andrasté est morte en martyr, autour de sa légende a grandi un culte appelé «la Chantrie», et avec elle, le Cantique de la lumière.

Les prêtres de ce culte étaient opprimés jusqu'à ce que la Chantrie ait été officialisée par Kordillus Drakon, le premier empereur de l'Empire Orlesien, qui a établi la foi Andrastienne comme religion nationale. Trois ans plus tard, la première Divine, Justinia I, a été déclarée.

Les succès militaires de Drakon pendant le Second Enclin ont considérablement élargi les frontières d'Orlais, et peu de temps après les terres conquises ont été converties à la foi. Bien que ces terres vont plus tard se libérer de la domination Orlesiaenne après la mort de Drakon, la pratique religieuse demeure. Au cours de l' Age des Tours, un débat a eu lieu dans la Chantrie pour savoir si Andrasté était vraiment divine. C'est en grande partie la croyance de la Chantrie Imperiale qu'elle ne l'était pas qui a conduit au schisme au sein de la Chantrie et à la création éventuelle de la Chantrie impériale comme une religion distincte.

Avec autant d'influence sur le peuple, la Chantrie peut également exercer une pression politique considérable sur les classes dirigeantes dans de nombreux domaines de préoccupation. En ces temps extraordinaires, et par respect pour Andrasté, la Divine peut également être amenée à déclarer une Marche Exaltée. Ces croisades ont mobilisé des armées de milliers de soldats pour détruire les ennemis hérétiques de l'Enclin. La première Marche après la mort d'Andrasté fut contre les elfes de Dalatie et la plus récente étant dirigée contre les Qunari.

 

Hiérarchie

Le sacerdoce réel de la Chantrie est entièrement composé de femmes, sur la base qu'Andrasté était une femme.
Les hommes peuvent être des frères, servant d'universitaires et des initiés, mais c'est un poste subalterne et non-ordonné. Ceux qui ont reçu l'instruction religieuse et martial en étant élevé dans la Chantrie peuvent devenir templiers.

A la tête de la Chantrie se trouve la Divine, qui dirige de son siège dans la grande cathédrale de Val Royeaux. En dessous d'elle les grands clercs, dont certains gèrent les chantries des grandes villes. La Divine est le chef attitré de la Chantrie, bien que depuis le schisme entre Val Royeaux et l'Empire tévintide, il existe de facto deux Divins simultanément : une femme que l'on appelle officieusement la Divine blanche, qui siège à la Grande Cathédrale de Val Royeaux, et le Divin noir, un homme qui trône dans la Flèche d'argent de Minrathie.
Ni la Divine, ni le Divin n'acceptent de reconnaître l'autre et les noms officieux passent pour sacrilèges. Homme ou femme, on appelle toujours un Divin "votre Sainteté" ou "votre Perfection".

Juste après les Divins viennent les Grandes prêtresses. Chacune préside sur de nombreuses chantries et représente la plus haute autorité religieuse à l'échelle régionale. Elles se rendent à Val Royeaux lorsque le Collège des prêtresses tient assemblée, mais restent la plupart du temps au poste qui leur a été attribué. Il convient de s'adresser à une grande prêtresse par "votre Grâce" ou "votre Excellence".

Vient ensuite la mère (ou, dans la Chantrie impériale, le père). Si une mère se voit confier une chantrie donnée, le terme "Révérende" est antéposé à son titre. Il s'agit là des prêtresses responsables du salut de leurs fidèles. Une mère ou Révérende mère est appelée "votre Révérence".

Frères et soeurs forment le tout-venant de la Chantrie. Ils sont répartis en trois groupes principaux : confirmés, initiés et prêtres.
Les confirmés sont les frères et soeurs convers de la Chantrie, les petites gens qui se sont tournés vers la foi pour y trouver le secours. Ce sont souvent des individus qui ont mené une vie difficile ou impie et ont choisi de vivre en reclus, voire des orphelins et autres infortunés qui ont été élevés au sein de la Chantrie.
Les confirmés s'occupent de la Chantrie en échange d'une vie de méditation et de tranquillité, loin de toute indiscrétion. Seuls ceux qui prononcent leurs voeux deviennent initiés. Il s'agit là d'hommes et de femmes qui étudient, qui les sciences de l'esprit, qui les disciplines martiales. Tous les initiés reçoivent une éducation académique, mais seuls ceux qui souhaitent devenir templiers apprennent à combattre.
Véritables érudits de la Chantrie, les prêtres ont voué leur vie à la poursuite du savoir. On les trouve souvent dans les archives, à superviser les bibliothèques et autres dépositaires de savoir ancestral. Les plus âgés de ces prêtres, à qui l'on confie de telles archives, portent le titre de "doyen", bien qu'un tel rang reste inférieur à celui de mère.
Tous les autres frères et soeurs sont appelés en antéposant leur titre à leur nom, par exemple "frère Génitivi". Il est à noter en outre que le tutoiement est de mise au sein de la Chantrie ainsi qu'envers autrui, indépendamment de son rang et de son origine ; car aux yeux de la Chantrie, nous sommes tous frères et soeurs. Il reste néanmoins conseillé de vouvoyer les chantristes, sous peine de devenir immédiatement candidat à un prosélystisme effréné.

 

La Chantrie Impériale

D'aucuns prétendent que la Chantrie est pareille ailleurs qu'ici, que la Divine de Val Royeaux règne sans partage aux yeux du Créateur et que nul en Thédas n'en a jamais douté. Ne les croyez pas. "La magie doit servir l'homme, et non l'asservir" : ce deuxième commandement du Créateur n'a jamais revêtu le même sens dans l'ancien Empire tévintide que dans le reste du monde.

Pour la Chantrie locale, il fallait comprendre que les mages ne doivent pas contrôler l'esprit d'autrui et s'efforcer en toute chose de mettre leur magie au service des souverains.
Lorsque les prêtresses tévintides modifièrent le Cantique de la Lumière pour refléter cette interprétation du commandement, la Divine de Val Royeaux leur ordonna de s'en tenir au Cantique d'origine. Elles refusèrent, prétextant la déchéance de Val Royeaux ; en l'an 4:87 des tours, après une escalade constante du conflit, la Chantrie tévintide élut à sa tête un dirigeant "légitime et non corrompu", un homme et de surcroît l'un des membres les plus influents du Cercle des mages tévintide : le Divin Valhail.
Inutile de dire que la simple existence de ce "Divin noir" passa pour un blasphème hors des frontières de Tévinter. Après quatre Marches exaltées pour venir à bout de ces "rebelles", la Chantrie de Val Royeaux n'était parvenue qu'à entériner la séparation. Si les préceptes de la Chantrie impériale sont identiques dans les grandes lignes à ceux de la Chantrie traditionnelle, ils répriment moins la magie et cautionne les prêtres masculins.

C'est aujourd'hui le Cercle des mages qui gouverne directement Tévinter, depuis qu'en 7:34 des tempêtes, l'archonte Nomaran fut élu directement parmi les rangs des enchanteurs, sous un tonnerre d'applaudissements de la populace, et ce malgré les anciennes règles qui interdisaient aux mages de se mêler de politique.

En l'espace d'un siècle, les véritables souverains des diverses maisons impériales – les mages – assumaient leur place ouvertement au sein du gouvernement. Le Divin impérial continue à être nommé parmi les Premiers enchanteurs et endosse le double manteau de Divin et de Grand enchanteur. Aux yeux de tout chantriste non tévintide, c'est là une suprême hérésie, un retour à l'ère des inquisiteurs qui nous a valu les Enclins.
Mais le fait est que l'Empire tévintide, laissé à la merci des terribles Qunari, est parvenu à survivre. Tôt ou tard, les hostilités reprendront entre le Divin noir et la prétendue "Divine blanche".

La Chantrie Imperiale est celle de l'Empire tévinter, elle ne reconnaît pas la Divine de la Chantrie d'Andrasté en Orlais , mais élit sa propre Divine Impériale -parfois appelée le "Divin Noir" par la Chantrie d'Andrasté. Ce "Divin Noir" est connu pour résider dans la Flèche d'Argent à Minrathie.

Contrairement à la Chantrie Andrastienne, la Chantrie Imperiale accepte les prêtres masculins et offre une vue plus tolérante des mages et de la magie et le Divin Impérial est l'un des Enchanteurs du Cercle de Minrathie.
À un moment donné la Chantrie était la même dans tous les pays de Thédas depuis sa fondation. Toutefois, elle n'a jamais complètement vaincu les seigneurs inquisiteurs de l'Empire Tevinter. Quand Tevinter a accepté les lois et les enseignements de la Chantrie, les inqusiteurs remis au Cercle des Mages, mais seulement à leurs conditions.

Les mages de Tevinter n'étaient pas de simples paysans ou le genre à livrer leurs enfants comme c'est l'usage habituel dans les terres du sud. La magie est un trait estimé en Tevinter, nourri et élevé à travers les lignées anciennes. Ainsi, la Chantrie essayait de contrôler l'élite Tevinter, plus puissant de par leur haute naissance. En conséquence, les mages de Tevinter conservaient une grande influence et du pouvoir, même sous le contrôle de la Chantrie. Les roturiers de Tevinter perçoivent aussi la magie comme un don et une partie de leur culture, de sorte que les mages sont respectés dans toutes les classes sociales plus que dans d'autres pays.

La Chantrie a lutté pour maintenir et étendre son influence dans l'Empire Tevinter. La méfiance de la Chantrie envers la magie a été en conflit avec la culture autochtone, qui considère encore la magie comme une marque d'honneur. La Chantrie tiendra le pouvoir en Tevinter pendant près de quatre siècles avant que ces croyances incompatibles aient finalement provoqué un conflit ouvert. Le conflit a commencé lorsque des Grands Clercs Tevinter ont fait valoir que le commandement du Cantique de la Lumière "la magie doit servir l'homme, et non l'asservir' signifiait que la magie doit servir le plus grand bien. Ils croyaient que cela pourrait se faire en laissant les mages prendre part au gouvernement. La Chantrie à Orlais a exigé qu'ils reviennent au Chant d'origine. Tevinter a refusé.

En 3:87 des Tours, Tevinter a rompu avec la Chantrie Orlesienne. Tevinter a placé Valhail, un membre masculin de leur Cercle des Mages, à la tête de leur Chantrie. Le Divin Imperial (également connu sous le nom Divin Noir) a procédé à une célébration lorsque la Divine Joyous II est morte. Outrée, la nouvelle Divine Blanche a nommé la prochaine ère "Age des Ténèbres" et a ordonné une Marche exaltée contre l'Empire Tevinter.
Il y a eut quatre marches au total pour que la Chantrie de Val Royeaux amasse ses armées et commence à envahir l'Empire. Cependant, Tevinter a tenu ses défenses. Les quatre Marches ont omis de prendre Minrathie ou de forcer la Chantrie Imperiale à se rendre. Avec leurs mages libres des chaînes de la Chantrie, l'Empire a déchaîné toute sa puissance magique contre ses envahisseurs. Ceci, combiné avec l'aide des mages étrangers qui cherchaient refuge dans Tevinter, a causé des pertes massives sur les forces de la Divine Blanche.

Les Marches Exaltées, infructueuses, ont creusé le fossé entre Val Royeaux et Minrathie qui ne pourra jamais être comblé. Après la retraite de Val Royeaux, Tevinter s'est officiellement séparé de la Chantrie Orlésienne et a créé sess propres enseignements. A ce jour, les Divins Blanc et Noir refusent tout deux de reconnaître la légitimité et l'autorité de l'autre. La seule coopération entre eux a été au cours des Enclins et les guerres contre les invasions qunari.

Le principal enseignement de la Chantrie Impériale (et celle qui a conduit à la scission avec la Chantrie d'Andrasté), c'est leur interprétation des mots "la magie doit servir l'homme, et non l'asservir". Dans leur interprétation, cela signifie que la magie doit servir le plus grand bien, ils affirment qu'il peut être accompli par décision des Mages. Les prêtres de Tevinter ont modifié le Cantique afin de refléter que la magie doit être utilisée au service de l'humanité tout entière pour leur prospérité et condamné la Chantrie d'Orlais. Cela a permis aux inquisiteurs de retrouver leur ancienne autorité et encore une fois de régner sur l'Empire.

Pendant ce temps, la Chantrie d'Orlais est resté ferme dans sa conviction que les Mages sont indignes de confiance et devraient être contrôlés. Les deux Chantries se condamnent mutuellement sur leurs points de vue de la magie. Alors que la Chantrie d'Orlais estime qu'Andrasté était divine, et a été élevée aux côtés du Créateur quand elle est morte, la Chantrie Imperiale maintient qu'elle était juste une prophète mortelle avec un considérable talent magique, même si elle est un symbole d'espoir.
Alors que la Chantrie Imperiale a toujours respecté et honoré Andrasté considérablement, ils interdisent le culte de celle-ci qui est pratiquée dans la Chantrie Orlesienne et au lieu se concentre uniquement sur ​​l'adoration du Créateur. Bien que toutes les Chantries dans Thedas ont une flamme éternelle qui brûle en permanence par magie, dans l'Empire le jour où un sort est lancé pour la renouveler c'est une fête religieuse.

La magie est ouvertement effectuée dans la Chantrie impériale pendant tous les services. Il est un jour de fête supplémentaire pour les "Visites", célébrant l'apparition de la Sainte Andrasté dans les rêves de nombreux mages alors qu'elle traversait l'Immatériel. L'anniversaire de la mort de l'Archonte Hessarian est aussi une fête religieuse. Il est considéré comme le plus important des disciples d'Andrasté et est plus vénéré dans Tevinter qu'ailleurs dans Thedas, un peu comme Kordilius Drakon est vénéré en Orlais. Dans la Chantrie de Val Royeaux, seules les femmes peuvent devenir mères vénérées, grands clercs et divines, les hommes ne sont ordonnés que comme des frères. Dans la Chantrie Imperiale, les hommes ont accès à tous les niveaux de grade de l'Empire de Tevinter.
En fait, le premier Divin Noir nommé était à la fois un homme et un mage puissant. Ce fut le sacrilège ultime pour les adeptes de la Divine Blanche.

La religion de Thedas

Les voyageurs de l'entre-monde Abdanck